Critique : Kyary Pamyu Pamyu – Pamyu Pamyu Revolution

Published On 4 juin 2012 | By Angela | Article de la semaine, Critiques, Feature, J-music

Si vous n’avez pas été privés de votre connexion internet l’été dernier, vous n’êtes sûrement pas passés à côté du phénomène Kyary Pamyu Pamyu. L’Harajuku girl a effectivement sorti un premier mini-album, Moshimoshi Harajuku, produit par Nakata Yasutaka (DJ de Capsule et producteur de grand nombre d’artistes électro comme Perfume). Comme ce fut le cas pour le trio électro-pop le plus en vogue au Japon, Perfume, Nakata Yasutaka est parvenu à créer le buzz avec sa nouvelle protégée et plus particulièrement la chanson PONPONPON dont le clip a été vu plus de 27 000 000 de fois sur Youtube.

Il n’a donc pas fallu longtemps pour que le mot passe d’un bout à l’autre du monde et nombreuses ont été les personnes à ne plus pouvoir oublier cette fameuse composition, d’autant plus mémorable grâce au look atypique de Kyary Pamyu Pamyu, initialement mannequin. Deux singles plus tard, la chanteuse nous fait son retour le 23 mai avec un premier album original, Pamyu Pamyu Revolution, toujours composé par Nakata Yasutaka. Si le disque est parvenu à se placer en 2nde position du classement hebdomadaire albums de l’Oricon avec 71 000 copies écoulées environ derrière Mr.Children , on retient surtout ses performances sur iTunes : Pamyu Pamyu Revolution s’est placé en 1ère position des classements de téléchargements iTunes en Amérique, en France et en Belgique ! Mais quelle est donc la raison de ce succès ? La réponse ci-dessous !

Bienvenue au royaume d’une Magical Girl

Le clip de PONPONPON est on ne peut plus représentatif de l’image que les producteurs de Kyary Pamyu Pamyu essaient de véhiculer. Les caméras sont braquées sur une jeune fille au look excentrique « armée » d’une baguette qui semble  tout droit sortie d’un anime de magical girl. On se demande alors si la magie va opérer ou s’il ne s’agira que d’une simple usurpation de pouvoirs… Et il faut avouer qu’on se laisse facilement emporter dans ce royaume haut-en-couleur, pour le meilleur et pour le pire !

L’ensemble des compositions de l’album utilise ce même schéma. Aidée par l’un des plus grands acteurs de l’électro-pop japonais, Kyary Pamyu Pamyu se voit rapidement avantagée. La chanteuse enchaîne donc des morceaux plus colorés et sucrés les uns que les autres à l’image de PONPONPON, Tsukema Tsukeru, Kyary ANAN, Onedari 44°C ou encore Chan Chaka Chan Chan… La formule est assez simple : l’artiste pose sa voix aiguë et enfantine sur des mixes travaillés de Nakata Yasutaka. Des effets de xylophone par ici, des pincées de poussière d’étoiles par là et l’on est rapidement plongés dans un monde aussi attirant et inconcevable que l’était celui du film Charlie et la chocolaterie. Les mélodies ne sont pas sans nous rappeler les hits de Perfume, mais alors que le trio mise sur son côté féminin, Kyary Pamyu Pamyu met en avant la fantaisie et l’envie de faire un retour en enfance. Les compositions sont tellement poussées à l’extrême qu’il semble qu’elles nous vident littéralement le cerveau.

En ce sens, l’autre force de l’album vient ironiquement des paroles minimalistes des morceaux. Si l’ensemble des japonais aurait crié au scandale pour de telles chansons d’Ayumi Hamasaki, la donne est complètement différente ici. L’électro-pop est un genre que l’on apprécie d’autant plus quand le côté « fun » est mis en avant. Ainsi, il ne sert à rien d’interpréter des textes compliqués. Kyary Pamyu Pamyu l’a bien compris et privilégie des paroles facilement compréhensibles d’une part, mais surtout diablement addictives. Les refrains sont tellement marqués qu’il est impossible de les faire sortir de sa tête. L’exemple le plus caractéristique est sûrement celui de PONPONPON et son véritable tourbillon qui nous emporte sans jamais ne plus nous laisser en sortir.

Au final, l’album Pamyu Pamyu Revolution sera caractérisé par son homogénéité. Si l’on sent fortement la touche de Nakata Yasutaka et par conséquent, des sonorités similaires à d’autres artistes produits par l’artiste, Kyary Pamyu Pamyu réussit tout de même à se démarquer. Le disque défile étrangement à une vitesse phénoménale tant l’addiction s’intensifie au fil et à mesure des morceaux. Certains écouteront l’album ou quelques titres en prenant soin de mettre leur casque ou de désactiver le scrobbling sur lastfm par honte, mais le résultat reste le même : la communication et l’effet de mode sont tels qu’il est difficile de ne pas succomber à la tentation d’écouter l’album.
Rappelons que Kyary Pamyu Pamyu est l’invitée d’honneur mode de la 13e édition de Japan Expo ! Puisque la chanteuse se produira également sur scène, vous pourrez reproduire les chorégraphies entre amateurs, ou tout simplement passer un bon moment en y assistant ! Quoiqu’il en soit, le coup d’œil vaut assurément le détour !

Pour plus de critiques et d’actualités musicales, rejoignez les pages facebook, twitter et Google+ de Play of medley !

Tracklist Pamyu Pamyu Revolution

01. Pamyu Pamyu Revolution
02. Tsukema Tsukeru
03. PONPONPON
04. Minna no Uta
05. Kyary ANAN
06. CANDY CANDY
07. Drinker
08. Onedari 44°C
09. Sukisugite Kiresou
10. Girigiri Safe
11. Oyasumi
12. Chan Chaka Chan Chan

DVD bonus (édition limitée uniquement)

01. PONPONPON (PV)
02. Tsukema Tsukeru (PV)
03. CANDY CANDY (PV)
04. PONPONPON (Live @ Shibuya CLUB QUATTRO 2012.2.25)
05. Kyary ANAN (Live @ Shibuya CLUB QUATTRO 2012.2.25)

Like this Article? Share it!

About The Author

Fondatrice, rédactrice-en-chef et photographe de Play of medley, je suis passionnée par la musique asiatique et plus particulièrement par la musique japonaise depuis mon plus jeune âge.

One Response to Critique : Kyary Pamyu Pamyu – Pamyu Pamyu Revolution

  1. Jean-Bob says:

    Merci pour cet intéressant article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>